le cerveau s'adapte au bonheur
la sophrologie

Le bonheur et la plasticité du cerveau

Notre cerveau est fascinant. Il s’adapte continuellement. Il a la capacité de remodeler ses connexions neuronales en fonction des expériences que nous vivons. C’est la plasticité cérébrale. Si notre environnement agit sur notre cerveau à nous de lui fournir du positif pour qu’il puisse construire des connexions neuronales communiquant de façon positive. Le cercle vertueux expliqué de façon scientifique!

blog sur l bonheur

La plasticité cérébrale

Notre cerveau est un organe dynamique qui évolue tout au long de notre vie. Quand le Bébé né il n’a seulement que 10% de connexion neuronale de construite, le reste se construit grâce à l’interaction avec l’extérieur. Il y a des études fascinantes qui ont été faites sur le sujet.

Expérience montrant des capacités de plasticité prononcée dans la petite enfance

Des expériences ont été réalisées chez des pianistes professionnels ayant commencé le piano à l’âge de 6 ans. Les images IRM ont révélé un épaississement du cortex cérébral dans les zones dédiées à la motricité des mains et à l’audition. Phénomène dû à la fabrication de connexions supplémentaires entre les neurones.

Expérience montrant des capacités de plasticité à l’âge adulte

Cette fois c’est le cerveau de plusieurs chauffeurs de taxi qui ont été étudier sous IRM. Les zones du cerveau qui contrôlent la représentation de l’espace sont plus développées, et ce proportionnellement au nombre d’années d’expérience de la conduite du taxi.

Pour plus d’info sur le sujet

Les études de Henri LABORIT sur l’inhibition de l’action

Henri LABORIT a travaillé sur l’inhibition de l’action. Ces études ont démontré que les voies des actions gratifiantes n’étaient pas les mêmes que celles des actions frustrantes et les neurotransmetteurs utilisés n’étaient pas les mêmes non plus.

  • Les voies gratifiantes utilisent la dopamine et la noradrénaline
  • Les voies frustrantes la sérotonine

Les études de Henri LABORIT ont permis de comprendre les mécanismes en action dans la dépression.

Pour plus de renseignements sur l’inhibition de l’action

De la frustration au bonheur une histoire d’entrainement

A force de frustration nous n’utilisons que les zones des voies de frustration et les autres s’étiolent. Le cerveau perd l’habitude d’utiliser les voies gratifiantes qui permettent de ressentir la joie, le bonheur et la satisfaction. Nous perdons donc notre faculté à ressentir du plaisir. C’est ce que ressentent les personnes en dépression.

S’entrainer tous les jours à ressentir la joie et le bonheur dans chaque partie de son être, C’est permettre aux voies gratifiantes d’exister et étiole les voies frustrantes.

Cherchez toujours dans chaque action ce que cela vous apporte de positif. Il y a du positif dans chaque chose même si cela peut parfois ne pas être évident à trouver. Comme en cas de licenciement par exemple. À force cela deviendra naturel pour votre cerveau.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s